Aurore d'Utopie, anartiste papowète

De Paul Gonze
Aller à : navigation, rechercher

L-a-muse-use du Petit aMusée? Qui, la tête dans les nuages, ne voit que la vie en rose

Tout en voulant mettre du bleu ciel où il y a du gris nuage ? 

Pour qu'on ne la surnomme plus Hôreure d'Outopie ?

              

Aurore elliptique.jpg
                       

- Métisse de wamande et de flallon au sang mêlé de grand bourgeois et d’ardente syndicaliste, créolisée en terres coloniales puis blanchie aux bruines acides de plat pays, attend toujours l'aube où, avec sa soeur de lait Krépuscula Goulagsky, elle sera affranchie dans les paradis sous le vent ;
- En transit entre une Belgique qui n’en finit pas de crever et une Europe qui n’en finit pas d’avorter, s’est laissée séduire, dès la puberté, par le mythe de l’universalité de l’art ;
- Distinguée de la faculté des Arts & Métiers dans le Vieux Monde et Maîtresse en Sciences dans le Nouveau, a préféré, à l’ascension de la pyramide sociale, la poursuite du soleil qui se couche autour du monde dans l’attente des lueurs mordorées de son ébullition ;
- Bien que cette dernière se fasse prier, ne s’est pas enrôlée dans l'avant-garde des artistes se caparaçonnant de noir pour conquérir l’immortalité; aime mieux marier (Rrôse Sélavy !) les saumons de l’aurore aux oranges du crépuscule ;
- N’a d’ailleurs ni l’esprit d’à propos duchampien (renversement d’urinoir = œuvre d’art) ni l’affairisme manzoniesque (mise en conserve d’excréments = merde d’artiste) requis ; doute et redoute que se dire artiste n’accule à ne fabriquer que des reliques d'académie-catacombe ;
- Plus profondément captivée par de dits sauvages capables de sublimer un bout de bois en objet de terreur et de vénération, de métamorphoser un lieu banal en mi-LIEU du monde, de ritualiser de l’éphémère en boucles de temps, se rêverait plutôt apprentie-sorcière. Voire magicienne de cirque faisant sauter son vieux lion à travers un cercle enflammé?
- L’oublie en jouant à la soixante-huitarde attardée prophétisant le plasti-cage de la société du spectacle ; l’oublie en jouant à la passionaria situationniste jouissant plus sous les pavés des mégalopoles qu’au-dessus des humidificateurs de musées ; l’oublie en jouant au fou de service de pseudo-démocraties avalisant droit du sol, primauté de la langue, logique de la guerre, contraintes du libre-échange, abrutissement télévisuel …
- Écœurée par le culte de la personnalité et l’idolâtrie du star-system, aide d'autres à s'en laver le cerveau en cumulant, sous divers pseudonymes, les fonctions d’éminence rose, cheville dilettante, tête contemplante, baronne à rien et bonne à tout faire… de quelques trop bonnes œuvres et associations sans but (même lucratif) ;
- Ne s'estime pas libre parce que sans statut, excédant de quelques euros le minimex et à demi sécurisée socialement ; refuse en même temps de baptiser droits ses privilèges, dividendes de l’exploitation des tiers et quart mondes ;
- Se sait condamnée à survivre - un temps - dans un monde de mots et de maux où tout le monde prétend avoir sa chose à dire et où le silence du sage est inaudible; écrit donc aussi pour ne rien dire... des papowaimes et des poésimages dans l'illusion de peindre en bleu ciel le gris nuage... ou est-ce l'inverse?
- Ne cherche pas à cacher les caractères carnassier de sa denture et simiesque de sa pilosité en couronnant de plumes d’autruche le cul nu de son roi et en auréolant à la feuille d’or le trou noir de son dieu ;
- La tête encore dans les étoiles mais les tripes barbouillées par la chance de n’avoir jamais eu faim… sauf d'infini et toujours soif… avant tout d'amour, a peur que cela ne dure;
- se convainc donc que l'embaumement de ses lubies dans un Petit a-Musée n'y changera pas grand-chose;
- Aime trop noctambuler sous l’influence de la lune, de la lune bleutée entre les nuages niellés, de la lunuage
- S’en retrouve cycliquement lourde d’éclats d’horizon, de semences d’ailleurs, de cristaux d’étrange dont elle fait, le plus souvent, fausse couche mais auxquels, parfois, cette fêlée a l'indicible bonheur de donner la lumière...

 

 - ou serait-ce Krepuscula Goulagsky qui a perdu la tête?

 

la la la muse ~ l'amuse ~ la muse ~ l'âme use ~ lame usée