ART MODERNE OU ART DE VIVRE

De Paul Gonze
Aller à : navigation, rechercher

(Petit avertissement d'Aurore d'Utopie)

                                             

POUR UNE VILLE-MUSÉE DE L'ART DE VIVRE?
CONTRE UN MUSÉE D’ART MODERNE MORTIFÈRE!

 

 L'église est menacée, alors, tout doucement, on prépare
le musée pour assurer la relève de ces fumeries d'opium.

Romain Gary


Vie et mort des esprits

Un fétiche clouté n’est pas une curiosité à admirer en esthète, sous une douche d’halogènes, plus inoffensif dans sa cage vitrée qu’une bête de cirque derrière les barreaux. C'est un génie capable d’attirer la foudre (C1), d'exalter la présence des dieux parmi les hommes, d'induire chez ces singes la puissance démiurge. Se manifestant à l’appel des tambours dans la palpitation des torches, il vire et volte au dessus du sorcier, frappant d'autant plus les imaginations qu'il est mal vu, imprévisible, indéfini… infini. Qui a l'impudence de le fixer sans être initié, risque la cécité, de ne jamais voir s’ouvrir son troisième œil.

Il en a été de même pour quelques vierges noires irradiées par la lueur tremblante de bougies votives dans la pénombre d’une chapelle et au pied desquels, à genoux, on osait à peine lever les paupières, … sauf, une fois l’an, quand les foules se pâmaient devant l’icône sacrée, promenée dans l’éblouissement rituel d’une procession solaire. Puis arc-en-ciellisée de nostalgie par les paroissiennes qui entrevoyaient dans ses larmes le paradis.

De même avec la Venus d’Urbino sensuellement caressée par le pinceau du Titien pour inciter la belle de son commanditaire à se masturber et jouir au plus intime d’une alcôve princière dans la perspective de procréer de plus divins enfants…(R 2).

Croque-morts ou arrache-cœurs?

Jusqu’au jour où ces vilains, matrones et prostituées ont été trucidés: arrachés d'abord à leur biotope par vol, pillage ou tromperie pour être marchandisés comme œuvres d’art ; pendus ensuite à un clou dans un de ces musées de pierre qui, dixit le Maître des Imaginaires, les ont transformés en objets (C3) ; nécrologisés enfin sur papier glacé dans un catalogue plus surement qu'au fond d’une fosse commune. Triple assassinat qui a évaporé leur charme. Et jamais perpétré aussi impunément que par les Musées des Beaux-Arts.

Avec, inutile de la nier, la complicité de capitalistes anxieux d’embaumer tout mode d'exaltation moins artificiel que celui mis en vogue par leur vénalité. Amnistiant donc tous ces "serial killers" d’utilité occidentalo-centriste et distribuant des aumônes pour postposer l’inéluctable pulvérisation de leurs victimes. Tolérant même la prolifération de catacombes où thésauriser des amphores grecques, gravures japonaises, bouddhas hindous pour les mordus d'amphores grecques, gravures japonaises, bouddhas hindous. Censurant par contre l'évocation de civilisations qui ont fleuri sans disposer des mots "artiste" ou "beaux-arts" ou "musée" ; occultant l’essence gratuite et éphémère du plaisir qui a poussé des communautés a voluptueusement sacrifier leurs "sources de beauté éternelle" au mythe de l'éternel retour; oubliant que la majorité de l’humanité survivra, créera et continuera à siffler sans jamais aller au musée.

Qui s'étonnera que quelques fous déchirés par les pulsions contradictoires de ne rien désirer et de tout voir, tout avoir, y jouent aux provocateurs? Égarés dans un désert qui, ne cachant plus de puits, a perdu toute beauté, se retrouvant autistes dans un brouhaha médiatique qui rend le silence et ses secrets inaudibles, comment ne s'imagineraient-ils pas agressés par des muséologues payés pour donner toujours plus à voyeuriser (C 4)?

Un exemple? "L’Origine du Monde" dissimulée jusqu'il y à peu par un trio d'érotomanes derrière un paravent pour la dérober aux regards des quidams et exceptionnaliser ainsi son exhibition… mais devant laquelle quiconque, muni d’un ticket poinçonné, peut dorénavant s’extasier, sans se préoccuper du gardien qui baille… ou sait qu’il pourra le faire quand il montera à Paris, convaincu qu’elle y est incarcérée à perpétuité (C 5). Ne fantasmant plus dès lors sur son inexistence ou son immanence, ni ne l’imaginant rousse, ou enceinte, ou plus créole que la très chère de Baudelaire: Pauvre chatte qui a gagné en froide objectivité ce qu’elle a perdu en chaleureux mystère (R 6)!

De la beauté des cadavres

Et pourtant, je le confesse, moi aussi j’adore méditer dans les cimetières, y flairer l’encens de rites oubliés, idéaliser les sources de lumière dont je ne discerne plus que les ombres. Et je jalouse ces autres mortels qui ont su, avec autant de passion ou de fureur, questionner la finalité de l'existence et transcender la réalité. J'envie ces sauvages capables de sublimer des bouts de bois en totems de terreur et de vénération, métamorphoser un lieu banal en mi-lieu du monde, ritualiser de l’éphémère en boucles de temps… donner vie à des mottes d'argile et insuffler âme à des blocs de pierre. Je vibre de plus d'humanité par la grâce de ces artisans, inspirés par les muses ou délirant comme la Pythie, qui nimbent encore ma réalité d’une pluralité de sens poétiques, fissurent la muraille de mes préjugés, m'ouvrent des abymes où je vacille... pour m'envoiler.

Dois-je pour autant en être redevable aux muséologues qui se sont autorisés à crucifier dans leurs mouroirs les avatars de mes maitres disparus? Même si je reconnais que ces tristes pis-allers sont nécessaires pour protéger d'autres vandales les trésors dévalués et les reliques démystifiées de modes de vie étouffés. Même si j'espère qu'elles fertiliseront, dans l'esprit de nouveaux apprentis-sorciers, de plus éternels chefs-d'œuvre. Même si je parviens à me contenter - parfois - de pouvoir m'y presser en file avec mes semblables pour frémir en solitaire, sevré de nourritures spirituelles.

La fortune des faiseuses d'anges

Mais si je m'accepte nécrophage, je me refuse cannibale et m'oppose donc à ceux qui, pourvoyeurs en viande fraîche, enterrent les vivants! Á ces MAM (Musée d'Art Moderne - R 7) qui, en frigides faiseuses d'ange, ne formol(mal)isent en bocal que fausse-couches ou fœtus morts-nés. Qui, zélotes d’une muséographie qui nous habitue à une "culture patrimoniale" (C 8), font transiter la plupart des artéfacts récents de la tour d’ivoire de leurs conceptualisateurs à des cimaises de chambres froides sans qu'elles aient à subir l'épreuve du sang ni à se salir de quotidien. Ah l’angélique destin que l'immortalité sans le vécu!

Mais quelle perspective d'avenir une civilisation qui momifie son présent offre-t-elle à sa jeunesse? Quelle échappatoire vers des ailleurs lui concède-t-elle ? Les politiques ont la réponse qui financent les MAM afin de pérenniser le système les supportant: rien de plus louable pour récupérer un graffiti contestataire que de le cadrer comme bizarrerie dans un cube aussi blanc que psychiatrique; et rien de plus honorable pour apprivoiser 100.000 révolutionnaires que d’en faire 100.000 artistes subventionnés (R 9) ! Avec promesse, pour leur pension, d'une rétrospective au MAM!

L'art est un produit pharmaceutique pour imbéciles (Picabia)

Et que l'on n'aille pas prétendre que le rôle mortifère des MAM se confine à quelques hospices pour plasticiens où le temps suspendrait son vol (C 10). Leur lèpre contamine toute la clientèle de la société du spectacle. Car si, abusant du constat de Malraux, de séniles musées transforment les œuvres en objets, leurs immatures « pousse-toi d'là qu’j’m’y met’ » ont le truc pour gazéifier n’importe quel objet en chef-d’œuvre : de l’urinoir à la merde d’artiste en passant par le tas de charbon, de suif ou de bonbons, le socle pour sculpture sans sculpture, le cadre vide sans titre, le vide signé… au point que les nettoyeurs de ces lieux prestigieux peinent à ne pas les confondre avec des déchetteries.

Premier symptôme de l'épidémie: n’importe quoi étant auréolé du statut d'œuvre d’art, l’acte de consommer ce n’importe quoi se profile en gestuelle d’essence artistique… Les super marchés ne sont-ils pas, aux yeux d'un gestionnaire de chaine de production artistique, un peu comme des musées? Et, pour un professeur d'art moderne, tout le monde - n’importe quel consommateur – n’est-il pas artiste en puissance? (C 11)

Deuxième symptôme: la médiatisation évènementielle des mégashows culturels infuse, au sein de la population, l’acceptation passive de la marchandisation-standardisation-vulgarisation de son cadre de vie. Sa laideur et sa monotonie se digèrent mieux dans la perspective, comme au-delà d'une vallée de larmes, que la quintessence de la beauté demeurera à jamais technicolorisée dans un bosquet sacré, un Hollywood d'accès payant. Qu'attend-on pour en expulser les marginaux cramponnés à ce qui, passé de mode, a déjà basculé dans la décharge de l’histoire?

Troisième symptôme : Comme l'a observé Romain Gary, un lien de filiation unit les mondes ecclésiastique et muséologique. Succédant aux évêques, curés et sacristains qui bullaient entre les fidèles et le Très Haut, des archéologues du futur antérieur, critiques en contestations consensuelles et guides d’avant-garde académisée font de la médiation, catéchisant les "manifestations" des créateurs contemporains, plus auréolés que les saints d’antan. Ces hérauts de l'industrie culturelle, distillant de l’art pour l’art pour les riches et éventant de leurs ailes argentées une trop triviale réalité, dorent la pilule opiacée qui audio massifiera le bon peuple. Ces stars du show-bizz enfreignent tabous et lois en vertu du sacro-saint principe de la liberté d’expression et de leur appartenance à l'ultime aristocratie (R 12), confortant leur canonisation à l'ombre du veau d'or par de miraculeux scandales et de divines provocations. Et résignant le vulgus pecus à n’être que pénitents processionnant dans les MAM pour y glorifier la société de consommation-spectacle-loisir pétrolant dans l’obsolescence néolibérale.

Petit malaise connexe: l'amplification de la fonction de rétention plus que de monstration chez les MAM les plus respectables qui ne dévoilent qu’une partie de leurs "bijoux", pointe d’un iceberg dont la masse se congèle en cave: un spéculateur cherchant à échauffer les enchères ne ferait pas mieux.

Un enterrement à répétition

Le vernissage, en 1984, du petit MAM de la bonne ville de Bruxsel a confirmé l’ampleur de l’épidémie. Ce qui a motivé un ouvrier en salopette, pendant que le roi des belges, une foule de ses ministres et l’écume de la nation champagnaient, a descendre dans la fosse et apposer sur son mur des lamentations une pierre tombale dont l’épitaphe "Ci-gît l'Art Moderne Belge" était profanée par le graffiti "Vive l'Art de Vivre".

Le brave avait tort puisqu’il avait raison trop tôt (C 13) : il lui fallut attendre près de 30 ans, jusqu'en février 2011, avant qu’un conservateur en mal de dividendes culturels n’officialise l’acte de décès. Éplorés, quelques dizaines d’artistes, galeristes et professeurs d’art, une centaine à tout casser - l’avant-garde d’un bataillon? – se retrouvèrent chaque premier mercredi du mois pour prier en faveur de sa résurrection (en présence, il est vrai, de quelques athées). L’émoi à répétition de ces indignés - beaucoup défendaient leur carré blanc sur fond blanc - suscita quelques échos dans la presse, poussant un quarteron de chevaliers d'entreprise et barons des finances à promettre de sponsoriser, pour après 2026, la réincarnation du défunt dans un Guggenheim bruxellois. Charitablement conscients qu’un musée est aux œuvres d’art des collectionneurs ce que la bourse est aux placements des spéculateurs.

L'agitation perdura. Au point qu'à la 11ème veillée mortuaire du Musée sans Muséecouplée avec la remise des signatures de 2.644 pétitionnaires (R 14), le Ministre de la Politique Scientifique découvrit des milliers de mètres cube vides au fond des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB) : sépulture néanmoins jugée insuffisante, vu la renommée du trépassé, par le Ministre qui promit un mausolée. Nouvelle que l’agence Belga confirma le Mardi Gras quand la tradition veut que, derrière un masque de carton doré, l'on couvre sa belle de confettis comme de perles, lui cachant qu'elle devra, le lendemain, jeûner pendant 40 jours, des cendres au front.

Et que l'on amuse un vilain petit canard vous demandant pourquoi une ville qui compte plus de 100 bazars (rebaptisés palais, brasseries, ateliers… situés dans Bruxelles ou à moins d’une heure en train) est en manque d'un 100 et énième. Pour plaire à une infime minorité de rentiers, pensionnés, touristes et "marchands du temple" (plusieurs l'avaient découvert en manifestant!) ou snober les 99 % de la population bruxelloise qui ignore qu'il y avait hier et se fout qu’il y ait demain un MAM? Parce que le club des lécheurs de pinceaux et de culs friqués est en manque d’un boudoir? Parce que les innombrables clones du Grand Picador (C 15) qui se vantait de pouvoir, à lui seul, remplir un MAM, sont sans abri? Parce que les étudiants sédentaires d'Académies des Beaux-Arts ne disposent que d'hectomètres de catalogues (R 16) pour ne pas apprendre, à la mode d'Ingres, les mêmes recettes que leurs pères ?

Mais qui peut croire, en cette période de crise sécularisée, qu'un budget extraordinaire tombera des nues pour élever un MAM au ciel de la métropole européenne? (R 17) Que son budget de fonctionnement (et d’acquisition) ne sera pas, comme celui des MRBAB, minable? Que pour asseoir sa crédibilité, il ne devra pas, à l'instar des MAC’s, SMAK et consorts, courtiser les vedettes internationales plutôt que les "belgische ambachtelijke kunstenaars" (C 18) ? Qu’il n’apparaitra jamais que comme un minus-habens face aux VanHaerentsArtCollection, Villa Empain et autres Maisons Particulières ? Mais il aura cautionné les écoeurantes spéculations du marché de l'art, alibi excitant la phosphorescence élitiste d'une ploutocratie, repoussoir des étoiles du marché de l'art au pied desquelles Mr et Mde Tout Le Monde sont theureux d'être quelconques, fonds de garantie amortissant les faillites des galeristes sur le bon dos des contribuables?

Pour l'Amour de Vivre ?

Alors qu’on devrait exiger des instances publiques, dans une dialectique démocratique et socialis(an)te, qu’elles promotionnent l’alternative d’un art public dont toute la population jouirait 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, vecteur de reliance et de convivialité, terreau d’une créativité aussi flallonne que wamande, catalyseur d’un art de vivre proprement et salement bruxellois.

Alors que Bruxsel pourrait se sublimer en Vil-Mus-D'A-Mo-Ré, ville-musée d'art moderne régénéré & réjouissant & révolutionnaire! (R19) Avec tous ses habitants, touristes et illégaux reconnus artistes bruxsellois modernes! Avec tout ce qui fait Bruxsel, du pavé du Marché aux Puces à la tour de l’hôtel de ville et du manneken-pis-tire-bouchon au nuage lourd de pluie au dessus de l’Atomium... certifié œuvre d’art bruxselloise moderne (R 20)!! Avec tous les événements se produisant dans Bruxsel, wouf-wouf politique ou miou-miou amoureux, promenade avec Milou ou défilé en tenue léopard, sieste crapuleuse ou visite chez MAM (R 21)… critiquable comme performance artistique bruxselloise moderne!!!

Alors que l'utopie est à construire, l'inimaginable à échafauder, l'horizon à outrepasser (R 22) ... et qu'il est urgent, appliquant le conseil de Nietzsche, "de découvrir, contre l'art des œuvres d'art, un art supérieur: l'art de l'invention des fêtes"... L'AMOUR DE VIVRE! (C 36)

 

Alors que vous pouvez agir:
Affirmer votre statut d’artiste moderne bruxsellois(e),
Certifier tout ce que vous touchez œuvre d'art moderne bruxselloise,
Performancer comme amateur ou détracteur éclairé d'art moderne bruxsellois


                                                                     et marrainer la Vil-Mus-D'A-Mo-Ré

 

 

 

Persiste et signe

Krépuscula KOCHMARSKY